Catalog

New items

Top 10 searches

Je suis Shingo

Je suis ShingoTitre : Je suis Shingo
Auteur : Kazuo Umezu
Cote : MANGA JES
Code-barres : 01052003305331
Localisation : Niveau 2

 

Résumé
Satoru se distingue de ses camarades et provoque souvent leurs sarcasmes. Un soir, son père lui apprend qu'un robot va intégrer son entreprise. Curieux de le voir, il réalise son souhait lors d'une visite scolaire. Le même jour, il rencontre également Marine, dont il s'éprend.

 

L’avis du bibliothécaire
L’histoire de Satoru, Marine et Shingo s’étale sur près de 2400 pages d’horreur, de romance et de science-fiction. Le héros est un enfant raillé par ses camarades de classe et les adultes car il reste dans l’enfance quand les autres acceptent de grandir. Un jour, l’usine dans laquelle le père de Satoru travaille accueille un robot : un bras relié à un ordinateur. Lors d’une visite scolaire dans cette usine, Satoru se rend compte de ce qu’est vraiment le robot dont lui parlait son père. Déception pour l’enfant qui s’attendait à Goldorak. Lors de cette visite, il rencontre Marine. C’est le coup de foudre. Ensemble, ils vont s’infiltrer dans l’usine et apprendre à programmer le robot et lui inculquer des notions d’humanité. Alors, Monroe (c’est ainsi que le robot est appelé par les employés de l’usine) se met à penser et à reconnaitre Satoru et Marine comme ses parents… 

Ecrite dans les années 80, l’œuvre décrit l’impact des robots sur le marché du travail au Japon. Elle pose également la question des classes sociales et de la pérennité de l’emploi dans un pays à l’avenir de plus en plus incertain. Contrairement à la majorité des œuvres de l’auteur centrées sur l’horreur, Je suis Shingo est un manga de science-fiction et une critique de la société contemporaine.

Je suis Shingo est fascinant, intriguant, bluffant. Le dessin est noir, le trait est gras, il fait sombre, il fait froid ; le tout dans un style réaliste et détaillé. Le découpage de l’histoire et les cadrages orientent la lecture comme s’il s’agissait d’un film. Cette esthétique est accentuée par la multitude de gros plans et d’arrêts sur image. Umezz (c’est ainsi qu’il aime se faire appeler) intègre à son histoire des éléments évoquant les technologies de son époque, comme des vecteurs et des effets de 3D. Les noirs profonds, l’absence de trame, le travail au trait et l’encrage renforcent le sentiment d’angoisse du récit. Les pages bichromes apportent un plus esthétique à l’œuvre dessinée dans les années 80. 

L’auteur, aujourd’hui âgé de 84 ans, est considéré comme le père fondateur du manga d’horreur. Cette inspiration lui vient de son enfance qu’il a passée dans un village isolé. Le soir, son père lui racontait des histoires de yôkai, ces esprits malfaisants qui peuplent les légendes japonaises. Cela lui a donné accès à la peur et au surnaturel. Ces histoires lui ont donné la matière pour créer ses œuvres, faites de monstres pour faire peur, tuer, massacrer, prendre possession des corps et des esprits. Les personnages des histoires d’Umezz sombrent souvent dans la peur et la folie, des sentiments qu’il excelle à traduire.

Lire un titre de Kazuo Umezu, c’est la garantie de sombrer dans l’horreur, et c’est ça qui est bien. Il Fait partie des très grands noms du manga, qui ont donné naissance à une multitude de choses. Ses histoires, explorent des contrées terrifiantes où règnent l’horreur, la science-fiction et l’humour potache. Ses œuvres mixtes et protéiformes ont touché aussi bien les filles que les garçons.

L’éditeur, Le Lézard noir, nous offre une version française soignée. Le format, l’impression et le graphisme sont excellents et participent à la bonne lecture des volumes. Les pages en couleurs vives (rose, jaune, bleu) sont reproduites et la tranche des ouvrages reprend le motif fétiche des T-shirts du maître de l’horreur.

 

Visually impaired
Default theme

Opening hours

Mon Closed
Tue 9h-12h 14h-19h30
Wed    
Thu    
Fri    
Sat 9h-12h 14h-19h30
Sun Closed