Programmes

Consulter le programme des animations

Programme de septembre à décembre 2018

Consulter le programme des actions scolaires

Programme AS 2018-2019

"Penryn et la fin du monde" un roman de Susan EE

Titre : Penryn et la fin du monde 

Auteur : Susan EE

Nombre de pages : 405

Localisation : Médiathèque de la Vieille-Île (2ème étage - Mots bleus)
Cote : R EE


Résumé 
Les anges ont décidé de détruire la civilisation humaine. Alors que la fin du monde approche, Penryn tente de prendre soin de sa mère et de sa jeune soeur handicapée. Cette dernière est enlevée par les anges. Pour la sauver, Penryn doit trouver de l'aide auprès de l'un d'entre eux. Elle décide alors de soigner Raffe, un ange dont les ailes ont été coupées par ses congénères.

 





L'avis de la bibliothécaire 

Plus nous avançons dans le livre, plus Penryn et Raffe se lient l’un à l’autre, mais nous n’en savons pas plus. Amour, amitié, qui sait ? Une chose est sûre c’est que c’est un lien particulier, au point que l’héroïne essaye toujours de se convaincre que cet archange est son ennemi.

L’univers, les personnages et l’histoire sont très bien travaillés. J’ai vraiment adoré la façon d’écrire de l’auteur. Les personnages ont leur caractère bien à eux et leur histoire très personnelle nous pousse à poursuivre notre lecture pour en savoir davantage sur eux. La mère de Penryn est très drôle et originale, je n’avais jamais rencontré de personnage comme elle.

À la fin, toutes les réponses aux questions n’ont pas été trouvées et c’est un peu frustrant. L’auteur nous laisse vraiment sur notre faim, tout ce que nous avons hâte de faire, c’est de lire le deuxième tome.

Penryn est très courageuse, elle n’a d’ailleurs jamais hésité ou même abandonné l’idée de laisser sa sœur aux mains des anges. Quant à Raffe, c’est le beau mec de l’histoire, il est cruel à certains moments, mais tellement mystérieux. Nous découvrons son histoire, tout comme celle de Penryn, tout au long du roman. S’allier à Penryn a été une décision dure à prendre pour lui mais il n’avait pas le choix, c’est elle qui gardait ses ailes.


À consulter également