Programmes

Consulter le programme des animations

Programme de janvier à mars 2019

Consulter le programme des actions scolaires

Programme AS 2018-2019

"Motorcity", une BD de Sylvain Runberg

Titre : Motorcity

Auteur : Sylvain Runberg | Illustrateur : Philippe Berthet

Edition : Dargaud

Nombre de pages : 64 

Localisation : Médiathèque de la Vieille-Île (2ème étage)
Cote : BDJA M

Résumé 

Fraîchement diplômée de l'école de police de Stockholm, Lisa Forsberg revient dans son village natal, où elle intègre le commissariat local. Mais, adolescente turbulente, elle n'a pas gardé que des amis ici et, dès sa première enquête sur une disparition, elle est confrontée à toutes les rancoeurs et les vieilles connaissances de sa jeunesse. L'enquête navigue dans l'univers du « raggare », une culture fan de rock'n'roll, de bastons, de tatouages et de vieilles voitures américaines. C'est dans ce milieu, qu'elle semble bien connaître, que Lisa va devoir découvrir où se trouve Anton Wiger, lui qui n'aurait raté le rassemblement annuel du Motorcity pour rien au monde.

 

L'avis d'Isabelle, membre du comité d'usagers BD

Leur idéal : les bagnoles, les amis, la musique : conduire sa Chevrolet remise à neuf, en écoutant Elvis Presley, les cheveux gominés au vent, une bière à la main, un drapeau confédéré plaqué sur le capot arrière de sa voiture.

Ils trainent derrière eux une réputation de violence, d’alcoolisme, de fureur de vivre : « Live fast, die young ». Considéré comme une sous culture « white trash » par la majorité des suédois, souvent moqué, le mouvement raggae est avant tout présent dans les milieux populaires et ruraux.

C’est dans ce cadre que la jeune policière Lisa Forsberg, fraîchement diplômée de l’école de police de Stockholm, revient dans son village natal, qu’elle a quitté à la fin de l’adolescence, pour intégrer le commissariat local. Elle y retrouve son père, qui vit seul, depuis le décès de sa mère.

Elle est attendue au tournant par un policier plus âgé, qui l’a connue, adolescente. Alors qu’elle était encore au collège, il l’avait arrêtée pour le vol d’une bouteille de vodka et il se demande manifestement si une adolescente à problème peut devenir un bon flic.

Sa première enquête, menée avec Eric, son co-équipier, concerne la disparition d’un jeune de 31 ans, Anton Wiker, disparition d’autant plus inquiétante pour ses parents, qu’il n’aurait raté le rassemblement annuel de Motorcity pour rien au monde : il travaillait depuis des mois sur sa Pontiac pour la présenter et n’avait jamais manqué le festival depuis l’âge de 11 ans.

Au cours de leur enquête, Lisa et Eric apprennent qu’Anton a une petite amie, Magdalena, qui travaille à la pharmacie du village. Elle est maman d’une petite fille de 8 ans, qu’elle a eu avec un autre jeune, Johan, également disparu depuis la naissance de sa fille. Selon Magdalena, son ex se serait tiré pour refaire sa vie en Norvège, mais les parents du garçon n’y croient pas.

Un avis de recherche avait d’ailleurs été lancé à l’initiative des parents de Johan, mais le policier en charge du dossier, à l’époque, n’y avait pas donné suite, à cause de la mauvaise réputation du garçon, estimant crédible le départ volontaire de ce dernier pour ne pas avoir à assumer sa paternité.

La disparition de son actuel petit ami, Anton, n’inquiète pas Magdalena. Selon elle, ça lui arrive parfois de partir en virée sans prévenir personne, mais il revient toujours.

Lisa connaît Magdalena, qui était dans le même lycée qu’elle. Elle connaît également son père, qui était son prof d’anglais et qui est d’ailleurs toujours en poste au lycée.

La mère de Magdalena espère un départ définitif d’Anton, qu’elle considère comme un dégénéré, tandis que son père pense qu’Anton a dû partir en vadrouille avec ses potes et qu’il va refaire surface avec une bonne gueule de bois.

D’après Kent, son meilleur ami, qui s’occupe de l’organisation du festival Motorcity, Anton faisait du business avec 3 gars louches, des marginaux, qui vivent ensemble dans une vieille ferme : les frères Norman.

On ne s’attend pas à la tournure que vont prendre les évènements, aux drames qu’ils vont révéler.

Secouée par la découverte de l’assassin et la violence du dénouement, Lisa ressentira le besoin de partir, de prendre du recul pour décider ou non de continuer dans la police.

Au scénario, Sylvain Runberg a du métier (Orbital, Millénium, etc.)

Comme souvent dans le polar, l’intérêt est autant dans l’intrigue que dans la découverte des bas-fonds d’une ville ou d’une région.

Au dessin, un autre professionnel, Philippe Berthet, dont le curriculum vitae en impose avec des séries telles Pin-upLe Privé d’Hollywood et XIII...  Adepte de la ligne claire, il propose un trait classique, mais efficace.


À consulter également